Publicité sur les bâches : les acteurs de l’immobilier contre le projet de décret


Dans un communiqué commun, L’UNPI, le SNPI, l’UNIS et la FNAIM s’expriment, d’une seule et même voix au nom de l’ensemble des acteurs de l’immobilier, pour affirmer leur profond désaccord sur les dispositions du projet de décret visant à réglementer la publicité sur les bâches.


Publicité sur les bâches : les acteurs de l’immobilier contre le projet de décret
Les quatre organisations estiment que les mesures que le Gouvernement s’apprête à prendre auront un impact extrêmement négatif sur le pouvoir d’achat des ménages et sur les projets de travaux de rénovation du patrimoine immobilier des particuliers. La publicité extérieure représente, en effet, une source importante et indispensable de financement des opérations de travaux.



En outre les revenus générés par la location d’emplacements publicitaires pour murs aveugles permettent d’alléger les charges de copropriété des propriétaires bailleurs et de leurs locataires. Il ne s'agit pas dans ce cas de financement de travaux mais d'une autre forme de soutien à la copropriété. En effet, les revenus générés par cette communication commerciale permettent à des copropriétaires de faire face aux charges sans cesse en augmentation, notamment à cause des efforts demandés au titre de l'éco-rénovation.



Or les dispositions réglementaires relatives à la surface publicitaire maximale, différentes selon le type d’affichage, ainsi que l’exigence d’une autorisation administrative préalable sont sources de complexité. Elles risquent de décourager des annonceurs et, par conséquent, d’alourdir le poids des charges supportées par les ménages et de supprimer un mode très important de financement des opérations de rénovation.



“Nos organisations considèrent que la publicité temporaire de très grande taille peut contribuer à la beauté ou l’embellissement du paysage urbain. Cette forme de communication a pour avantage de camoufler les échafaudages et les matériels de chantier. De plus les bâches résistantes, qui ne sont concevables qu’ornées de messages publicitaires compte-tenu de leur coût de fabrication, représentent une garantie supplémentaire de protection contre les nuisances et les accidents.“



Pour toutes ces raisons, les organisations représentatives des professions immobilières et des propriétaires souhaitent supprimer la limitation quantitative de la surface dédiée à la communication commerciale sur les bâches de chantier ou publicitaires et simplifier les démarches d’autorisation administrative préalable à l’affichage. L’UNPI, le SNPI, l’UNIS et la FNAIM ont interpellé le Gouvernement pour demander à ce que le projet de décret Grenelle II sur la publicité extérieure soit modifié en conséquence.


Source : Mon-Immeuble.com







Cet article a été lu 492 fois



Dernière minute

8,3 %

C'est le taux de vacance record pour les bureaux franciliens observé de janvier à fin mars.

+ 0,11 %

C'est la progression, au T4 2013, de l’indice des loyers commerciaux (ILC) sur un an.

1 à 5 %

C'est la baisse des prix constatée en 2013 par la Fnaim dans 17 arrondissements de Paris.

Les plus consultés







Imax sur Capital, vidéo :