Du mobilier urbain revu par le trompe-l’oeil


A Versailles, depuis que la ville a noué un partenariat avec l’Ecole d’art mural, les compteurs électriques, jusqu’à présent banales armoires placées le long des trottoirs, se sont transformées par la magie du trompe-l’oeil en fontaines de pierre blanche.


© Marc - Fotolia.com
© Marc - Fotolia.com
Une vingtaine de ces armoires ont ainsi déjà disparu sous le coup de pinceau des élèves de l’école et treize nouveaux sites sont en attente, prêts à venir troubler les sens des habitants de la ville. Plusieurs thèmes ont été choisis, liés à la ville royale, comme Molière ou les fables de la Fontaine pour permettre à chacun de se familiariser à l’histoire de la ville. 

Anecdotique en apparence, mais aussi facile à reproduire, cette initiative en dit long sur la manière dont notre manière d’habiter la ville évolue. Elle vient d’abord révéler l’envie des villes de communiquer avec leurs habitants de manière plus émotionnelle, loin du ton des habituelles « informations  municipales » généralement délivrées. Elle est aussi le signe du désir des habitants de ressentir toujours plus fortement un sentiment d’appartenance. 

Une appartenance territoriale pour compenser un excès d’appartenances virtuelles. Quand l’envie des unes rencontre le désir des autres, c’est toute la ville qui s’en trouve réinventée.

Patrick Chappey, fondateur de Gererseul.com






Cet article a été lu 421 fois




Dernière minute

8,3 %

C'est le taux de vacance record pour les bureaux franciliens observé de janvier à fin mars.

+ 0,11 %

C'est la progression, au T4 2013, de l’indice des loyers commerciaux (ILC) sur un an.

1 à 5 %

C'est la baisse des prix constatée en 2013 par la Fnaim dans 17 arrondissements de Paris.

Les plus consultés







Imax sur Capital, vidéo :